Source

"/>

Faites partie de la Maison des Régions.

La Maison des Régions vous donne accès à des opportunités d'affaires et des contacts prévilégiés et adaptés à vos réels besoins d'affaires. Inscrivez-vous maintenant pour en profiter.

Vous recevrez un courriel sous peu contenant un lien pour confirmer votre adresse courriel. Vous serez également invité à compléter votre profil d'entreprise : ces informations supplémentaires aideront nos conseillers à mieux cerner vos besoins afin de vous proposer de meilleurs maillages. Vous pouvez également remplir ces informations immédiatement en cliquant sur le lien ci-dessous.

Inscrire mon entreprise à la Maison des Régions

Extension:
Annuler

Mauricie

Nichée au cœur de la province, la « belle d’à côté » est considérée comme le berceau de l’industrialisation. Après un fléchissement dans les secteurs forestiers et métallurgiques, la région trouve aujourd’hui les ressources nécessaires pour se réinventer.

Située à mi-chemin entre Montréal et Québec, la Mauricie étend son territoire depuis les rives du Saint-Laurent jusqu’aux limites de l’Abitibi et du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Elle est bordée à l’ouest par la région de Lanaudière, tandis qu’à l’est, elle voisine la région de Québec. Quatre rivières la traversent : la Sainte-Anne, la Batiscan, la rivière du Loup et la rivière Maskinongé. Chacune d’elles joue un rôle important dans le développement économique et récréotouristique de la région.

Le lac Saint-Pierre, un élargissement du Saint-Laurent qui constitue le dernier réservoir d’eau douce de ce grand fleuve, a rejoint le Réseau mondial des réserves de la biosphère de l’UNESCO en 2000. Il est le seul lac à posséder une voie de navigation de niveau international et abrite en son archipel (appelé l’Archipel aux 104 plaisirs dans la région de Sorel-Tracy) une faune et une flore exceptionnellement diversifiées.

Lac Saint-Pierre | Crédit photo : Simon Ménard

Lac Saint-Pierre | Crédit photo : Simon Ménard

Plus enfoncé dans les terres, le Parc national de la Mauricie est un incontournable de la région, hiver comme été. Véritable oasis de verdure, il offre une panoplie d’activités de plein air telles que la randonnée, le kayak, le canot, le vélo, le camping traditionnel ou en tentes oTENTIK, le ski et la raquette.

Considérée comme la capitale forestière canadienne, la Mauricie possède également plus de 75 pourvoiries, 2 réserves fauniques, des parcs régionaux et 11 territoires de chasse et de pêche.

Parc national | Crédit photo : Jean-Pierre Magnan

Parc national de la Mauricie | Crédit photo : Jean-Pierre Magnan

Un peu d’histoire et d’économie

Avec 90 % du territoire occupé par la forêt, l’économie de la Mauricie est historiquement basée sur la transformation de ses ressources forestières – pâtes et papier, bois – et naturelles, dont ses cours d’eau, d’où l’exploitation hydroélectrique. À partir du début du 20e siècle, la région se développe au rythme de grandes multinationales qui investissent dans la région, développent son économie, et embauchent une main-d’œuvre locale abondante. Les opportunités d’emplois foisonnent, les conditions de travail sont optimales et les salaires, à la hauteur. Se construit alors dans la population mauricienne une mentalité dite de « boîte à lunch », ne laissant aucune place à la remise en question, le confort étant offert sans effort.

Mais dans les 10 à 15 dernières années, ces industries traditionnelles subissent un déclin notable concourant à la fermeture successive de ces grandes entreprises aux environs de 2010. À chaque fermeture se volatilisent en moyenne 500 à 1000 emplois. Un coup dur pour une région n’ayant pas eu l’occasion encore de développer son sens de l’entrepreneuriat.

Crédit photo : Journal de Montréal

Sous-traitants et individus, tous ont dû recréer un tissu industriel, apprendre à faire preuve d’initiative et de motivation, et miser sur l’innovation, la diversification, l’exportation et de nouveaux modèles d’affaires.

En marche depuis 9 ans bientôt, ce processus semble avancer plus rapidement que prévu. Le changement culturel est amorcé, et tout est centré maintenant sur les PME locales et les entrepreneurs fiers de leur région. De nouveaux secteurs d’activités voient le jour dont celui de la transformation alimentaire, qui est devenue l’une des principales industries de la région. Aujourd’hui, on compte près de 960 fermes et une soixantaine d’entreprises de transformation alimentaire sur tout le territoire.

Avec les grands abattoirs et la transformation de la viande, soulignons aussi le dynamisme des charcuteries, comme La Fernandière un fleuron régional dans le domaine, des poissonneries, des vignobles, des boulangeries, et des producteurs de fromages et produits laitiers pour n’en nommer que quelques-uns, sans oublier l’industrie de la microbrasserie. En effet, au regard des prix remportés par la région sur la scène nationale et internationale, la Mauricie est considérée comme la mecque de la microbrasserie au Québec. En 2018, le Regroupement des microbrasseries de la région a d’ailleurs créé sa propre route des bières, baptisée La Route des Brasseurs. Une magnifique visibilité pour un territoire riche en produits agroalimentaires issus de son propre terroir.

La Route des Brasseurs de la Mauricie

L’industrie du transport n’est pas en reste non plus : avec les ports de Trois-Rivières et de Bécancour, son aéroport pouvant accueillir de gros porteurs, ses trains et son réseau routier, la Mauricie ouvre ses frontières à tous.

L’industrie des technologies vertes quant à elle est en plein essor. Grâce à une quarantaine d’entreprises innovantes, de 6 centres de recherche spécialisés en technologies vertes, et d’une grande activité dans le secteur des technologies de l’information, la Mauricie se permet aujourd’hui de briguer une troisième place comme pôle TI (industrie des technologies de l’information) au Québec! On dénombre près de 50 entreprises dynamiques sur le territoire dont au moins 7 qui doublent leur taille tous les deux ans. Ce secteur représente aujourd’hui plus de 2700 emplois!

Il est à noter que les TI mauriciennes sont très différents des TI de Montréal ou de Québec, plus axées sur le divertissement et les jeux vidéos. En Mauricie, les pôles TI sont davantage versés dans la création de logiciels de gestion au service des entreprises. Le passé industriel de la région teinte donc les secteurs économiques émergents.

Crédit photo : VIX

La conception et la fabrication de machines est un autre secteur économique très présent dans la région. Il est d’ailleurs reconnu par le gouvernement du Québec comme créneau d’excellence ACCORD . Ce secteur se définit à la base par la transformation et le traitement des métaux.
Les entreprises métallurgiques, en se diversifiant, sont devenues de véritables ateliers d’usinage à valeur ajoutée, comme le fabricant d’éoliennes Marmen. Dans ce créneau, pas moins de 200 entreprises, donneurs d’ordres et sous-traitants se partagent le marché.

Soulignons également que les gouvernements du Québec et du Canada ont accordé en avril dernier des aides financières totalisant 7 022 566 $ pour l’agrandissement du Centre de métallurgie du Québec (CMQ) situé à Trois-Rivières. Ce centre unique au Canada permettra le développement de matériaux à haute valeur ajoutée utilisés en fabrication additive de métaux. Grâce à cet investissement, le CMQ vise à devenir un établissement de calibre mondial en matière de fabrication de poudres métalliques et non métalliques pour l’impression 3D.

Crédit photo : Centre de métallurgie du Québec

Et maintenant, parlons culture et divertissement

Forte de tous ces atouts en plein développement, il n’est pas surprenant de voir la Mauricie conjuguer ses forces économiques et récréotouristiques avec le volet de la culture qui est en plein boom depuis quelques années.

En effet, la région offre aujourd’hui près de 30 festivals, de multiples musées (comme le Musée Pop, véritable vitrine de la vie quotidienne québécoise passée et présente, le musée Boréalis, qui s’intéresse à l’industrie papetière, ou le musée de la Faune à Saint-Mathieu-du-Parc pour n’en nommer que quelques-uns), des spectacles variés comme le Cirque du Soleil à Trois-Rivières, le majestueux sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, des expériences culturelles surprenantes comme la Vieille Prison de Trois-Rivières, et bien plus!

Les incontournables sont nombreux : Le Festival western de St-Tite, le Festi-Volant de Grandes-Piles en hiver, le FestiVoix de Trois-Rivières, le Festival international de la poésie en automne, la Cité de l’énergie de Shawinigan, le Grand Prix de Trois-Rivières en été et son Salon des Métiers d’art au début de l’hiver.

Grand Prix de Trois-Rivières | Crédit photo : Marie-Eve Alarie

Saison après saison, la Mauricie rivalise de créativité et d’idées pour souligner l’importance de la vie culturelle de sa région dans le développement de son identité. C’est d’ailleurs avec cette vision que fut créé Culture Mauricie il y a un peu plus de 40 ans. Cette merveilleuse initiative est portée par un regroupement de personnes et d’organismes qui se dédient au développement, à la promotion et au rayonnement des arts et de la culture mauriciens. Cette association est devenue un acteur incontournable du développement culturel régional : elle est un partenaire du Ministère de la Culture et des Communications du Québec et travaille en étroite collaboration avec non seulement le Conseil des Arts et des Lettres du Québec (CALQ), mais également avec divers regroupements et ordres professionnels. Par ses initiatives aussi variées qu’enrichissantes, Culture Mauricie braque les projecteurs sur ses talents locaux et ses réalisations culturelles de tous poils.

Crédit photo : Festival Festi-Volant

On ne peut conclure ce portrait sans souligner l’un des secteurs les plus porteurs de notre belle d’à côté : le tourisme.
Car ce sont près de 4 millions de visiteurs par an qui se croisent et se retrouvent en Mauricie pour profiter des multiples attraits que leur offre cette région. Entre sa forêt boréale, ses parcs, ses lacs et ses rivières, ses pourvoiries et réserves, sa faune et sa flore diversifiées, ses lieux de chasse et de pêche, ses pistes de motoneige, sa météo souvent plus clémente qu’ailleurs au Québec, sa côte en bordure du Saint-Laurent, la qualité de ses spectacles à grande envergure, son oxygène à 90 minutes de Montréal et de Québec, et surtout, ses habitants à l’humeur joviale et au coeur tendre, la Mauricie est sans nul doute « belle au naturel ».

 

Pour en savoir plus, visitez le site de Tourisme Mauricie

Par Sophie Simonnet