Faites partie de la Maison des Régions.

La Maison des Régions vous donne accès à des opportunités d'affaires et des contacts prévilégiés et adaptés à vos réels besoins d'affaires. Inscrivez-vous maintenant pour en profiter.

Vous recevrez un courriel sous peu contenant un lien pour confirmer votre adresse courriel. Vous serez également invité à compléter votre profil d'entreprise : ces informations supplémentaires aideront nos conseillers à mieux cerner vos besoins afin de vous proposer de meilleurs maillages. Vous pouvez également remplir ces informations immédiatement en cliquant sur le lien ci-dessous.

Inscrire mon entreprise à la Maison des Régions

Extension:
Annuler

Les canards d’abord : le bien-être des animaux d’abord

Les canards d’abord, c’est un rêve devenu réalité pour deux anciens citadins issus du milieu culturel, Christian Biron et Isabelle Chasse. Mariés depuis 25 ans et deux fois parents, ils rêvaient de campagne depuis toujours. En 2013, après avoir eu le coup de foudre pour une jolie ferme située sur un grand terrain dans Lanaudière, ils ont fait le grand plongeon et fondé Les canards d’abord, un élevage de canards hors du commun où l’amour de la région, du métier et des oiseaux sont autant d’ingrédients secrets qui font la renommée de leurs produits.

« Sans être aigris de la ville, se souvient Isabelle, on avait vraiment envie de vivre autre chose. Mon mari dit souvent que le film d’Étienne Chatiliez Le bonheur est dans le pré a été une inspiration pour lui! » Après avoir jeté leur dévolu sur la région de Lanaudière, qu’ils ont choisie pour sa proximité avec Montréal, son calme et son dynamisme, Christian et Isabelle visitent une ferme de Saint-Norbert par un beau dimanche matin de 2013. L’après-midi même, ils déposent une offre d’achat, qui sera acceptée.

En 2015, le couple monte son plan d’affaires, et entame des démarches auprès du Centre de développement bioalimentaire de Lanaudière pour lancer son entreprise et la faire certifier bio. En 2016, il s’affaire à la création du site web de l’entreprise, achète ses premiers oiseaux et commence l’élevage. L’année suivante, Christian et Isabelle font l’acquisition de grandes serres de maraîcher équipées de lignes d’eau et de soigneurs à moulée. En 2018, soit 5 ans après l’achat de la ferme, Les canards d’abord comptait 450 canards et une vingtaine d’oies de Toulouse, et l’entreprise prévoit atteindre 600 canards et 50 oies en 2019.

Crédit photo : Les Canards d’abord

Les canards d’abord se spécialise dans l’élevage du canard de Barbarie coloré, reconnaissable à son excroissance autour du bec et des yeux. Pourquoi celui-là? « Parce qu’il s’agit de la race la moins modifiée, explique Isabelle. Il est également originaire d’Amérique et est bien charnu. Et c’est le plus joli! » Quand les canards arrivent sur la ferme, ils sont âgés d’un jour. Ils y resteront plusieurs mois, pendant lesquels ils grandiront dans un environnement accueillant et sécuritaire où ils pourront circuler librement.

Comme l’exige la certification bio, les oiseaux des Canards d’abord ne subissent aucun gavage. Isabelle précise toutefois que Christian et elle n’avaient nullement l’intention de gaver leurs canards de toute façon. « Puisque nous dépendons de l’instinct naturel de l’oiseau, explique-t-elle, et qu’il ne se gave pas lorsqu’il fait très chaud, on ne peut produire du foie qu’une fois par an, à l’automne. À cette période, les canards se nourrissent beaucoup plus en prévision de la migration, et leur foie grossit. »

Si les serres sont encore en dormance et les pâturages sous deux pieds de neige, la pouponnière est prête pour accueillir le premier arrivage de canetons. Ils resteront bien au chaud le temps qu’il faudra, et sortiront profiter du soleil et du bon air dès que possible. | Crédit photo : Les canards d’abord

Sur la ferme, les canards vivent dans un grand enclos qui les protège des prédateurs et rentrent dans les serres la nuit, mais ils passent leurs journées dehors à faire le tour des champs pour manger vers, graines et insectes, ou à faire la sieste à l’ombre. Le soir, on leur sert une moulée biologique.

Crédit photo : Les canards d’abord

Parmi les produits offerts par Les canards d’abord, on retrouve des oies et des canards entiers ou découpés, des plats cuisinés, ainsi que trois terrines, développées sur place par Isabelle et Christian : les rillettes, la cretonnade et le canard fumé avec petits fruits, ou lushwejian en innu. « Les mots-clés de notre entreprise sont pâturage et du patrimoine, dit Isabelle. Le pâturage, parce que les oiseaux sont élevés en liberté en plein champ, et le patrimoine car nos recettes honorent le patrimoine culinaire québécois : originaire de France, adapté au Québec et enrichi par la culture autochtone. » Ainsi, les rillettes sont préparées selon la tradition française, les cretonnades sont apprêtées à la québécoise, et le lushweijan, inspiré du patrimoine culinaire innu, marie le pâté de canard légèrement fumé à la saveur de baies indigènes comme le bleuet et la canneberge.

Dévoilées juste à temps pour les marchés de Noël de la fin de l’année 2018, les trois terrines ont connu un franc succès, et elles sont depuis distribuées dans quelques épiceries fines et marchés publics.

Crédit photo : Les canards d’abord

Dans un futur proche, Les canards d’abord espère accueillir de plus en plus de visiteurs à sa ferme de Saint-Norbert, dont la région déborde d’attraits pour les adeptes d’agrotourisme. Les canards d’abord approvisionnent aujourd’hui plusieurs restaurants, notamment La Récolte, Maison Publique, Montréal Plaza, La belle excuse, Quai n° 4, l’Albion et Pascal le boucher, mais elle continue également d’établir des relations avec les épiciers et les restaurateurs de Montréal et d’ailleurs. « Il est évident que la mise en marché représente un important défi pour une entreprise comme la nôtre, considérant que nos méthodes sont coûteuses et que cette réalité se reflète dans les prix de nos produits. Nous avons su développer une belle clientèle pour qui acheter bio et local est important. »

 

Visitez le site web des Canards d’abord

Suivez Les canards d’abord sur Facebook

 

Par Gabrielle Lisa Collard