Faites partie de la Maison des Régions.

La Maison des Régions vous donne accès à des opportunités d'affaires et des contacts prévilégiés et adaptés à vos réels besoins d'affaires. Inscrivez-vous maintenant pour en profiter.

Vous recevrez un courriel sous peu contenant un lien pour confirmer votre adresse courriel. Vous serez également invité à compléter votre profil d'entreprise : ces informations supplémentaires aideront nos conseillers à mieux cerner vos besoins afin de vous proposer de meilleurs maillages. Vous pouvez également remplir ces informations immédiatement en cliquant sur le lien ci-dessous.

Inscrire mon entreprise à la Maison des Régions

Extension:
Annuler

Les Trésors du fleuve : un produit bien de chez nous

Pour ceux qui la pratiquent, la pêche à l’anguille est une tradition familiale qui se perpétue de génération en génération, comme en témoignent Simon Beaulieu et Rémi Hudon, deux des trois cofondateurs de l’entreprise Les Trésors du fleuve.

Le « locavorisme » n’est pas étranger au retour de l’anguille sur nos menus. Ce petit poisson très riche en protéines et en bons gras trouve effectivement résonnance dans cette tendance qui valorise les produits locaux, puisque les Amérindiens furent les premiers à le consommer. Exportée par la suite en Europe dans les années 60 et 70, l’anguille a graduellement disparu de nos assiettes pour revenir aujourd’hui en force. Une excellente nouvelle pour les producteurs québécois, dont Les Trésors du fleuve.

Un produit à redécouvrir

« On a toujours été des pêcheurs d’anguilles, confie Simon Beaulieu, cofondateur des Trésors du fleuve. Avant, elles étaient surtout vendues à des grossistes situés pour la plupart en Ontario. Aujourd’hui, au Québec, de plus en plus de curieux viennent nous voir et nous questionnent sur ce drôle de poisson, qui mérite d’être connu. » En 2010, M. Beaulieu, Rémi Hudon et Josée Malenfant s’associent et fondent Les Trésors du Fleuve, qui offre des produits transformés à base d’anguille. Les trois partenaires mettront près de deux ans à élaborer des recettes qui répondront aux goûts et aux attentes des consommateurs.

Sept ans plus tard, les entrepreneurs connaissent très bien leur clientèle et rivalisent d’imagination pour proposer des gourmandises uniques. L’entreprise propose notamment des merrines (terrines de la mer) disponibles dans des saveurs aussi surprenantes que Canneberge et pistache, et a même développé dans les deux dernières années quatre variétés de saucisses d’anguille. Mais quand on le questionne sur son meilleur vendeur, M. Beaulieu n’hésite pas : « Ceux qui aiment le poisson fumé vous diront que l’anguille fumée est le meilleur poisson fumé qui existe! »

Crédit : Nicolas Gagnon

Grandir grâce à la Maison des Régions

Depuis sa création, les trois propriétaires s’efforcent de faire connaître l’anguille, notamment en fréquentant les marchés publics. « Car quand les gens y ont goûté, ils achètent! » La petite entreprise du Kamouraska est présente aujourd’hui dans une vingtaine de points de vente au Québec situés principalement dans la région du bas St-Laurent.

Pour lui et ses associés, la mission économique organisée par la Ville de Montréal fut une véritable bénédiction. « Elle nous a permis de faire la connaissance de personnes que nous n’aurions jamais approchées autrement. Pour nous, pêcheurs et producteurs de région, appeler un commerce à Montréal pour le convaincre de nous rencontrer n’est pas toujours fructueux, révèle M. Beaulieu. Là, comme les visites étaient organisées par la Ville, ça nous a ouvert plusieurs portes. »

Si les retombées n’ont pas été immédiates, M. Beaulieu avoue tout de même avoir reçu plusieurs appels de commerçants suite à la mission. Aujourd’hui, l’entreprise compte deux points de vente supplémentaires à Montréal.

Crédit : Nicolas Gagnon

Et pour le futur?

Pour 2017, Les Trésors du fleuve continuera à familiariser le public avec l’anguille, non seulement avec leurs produits alléchants, mais aussi par des visites touristiques. En effet, M. Beaulieu note une hausse constante la popularité pour ce type d’activités, et il souhaite structurer et développer son offre au préalable, afin de répondre adéquatement à la demande.

Alors, si vous êtes dans le coin de La Pocatière cet été ou cet automne, ne manquez pas votre chance de découvrir cette saveur ancestrale.

 

Visitez le site web des Trésors du fleuve

Suivez Les Trésors du fleuve sur Facebook