Faites partie de la Maison des Régions.

La Maison des Régions vous donne accès à des opportunités d'affaires et des contacts prévilégiés et adaptés à vos réels besoins d'affaires. Inscrivez-vous maintenant pour en profiter.

Vous recevrez un courriel sous peu contenant un lien pour confirmer votre adresse courriel. Vous serez également invité à compléter votre profil d'entreprise : ces informations supplémentaires aideront nos conseillers à mieux cerner vos besoins afin de vous proposer de meilleurs maillages. Vous pouvez également remplir ces informations immédiatement en cliquant sur le lien ci-dessous.

Inscrire mon entreprise à la Maison des Régions

Extension:
Annuler

Fourrures Grenier : basée sur l’échange et la collaboration

Établie en Abitibi-Témiscamingue, et fondée et dirigée par la même famille depuis le début des années 1970, Fourrures Grenier aurait très bien pu s’en tenir à son succès local, par ailleurs enviable. Pourtant, la notion de collaboration et d’échange d’expertise est inscrite dans l’ADN de l’entreprise et ce, depuis ses tout premiers balbutiements. Qu’il s’agisse de s’en remettre au savoir-faire autochtone ou de faire affaire avec les meilleures tanneries canadiennes, Fourrures Grenier répond toujours présente lorsqu’il est question de créer des liens avec d’autres entreprises.

Tout a débuté en Abitibi, il y a plus de cinquante ans, lorsque Robert Grenier commence à trapper avec son beau-père. Un acheteur de passage dans la région se procure leurs fourrures et, conscient de la grande qualité de celles-ci, propose à M. Grenier de lui acheter dorénavant ses fourrures ainsi que celles qu’il aura achetées des autres trappeurs de la région. Grâce à ce nouveau revenu, Rita Grenier se procure une machine à coudre la fourrure, dans le but de confectionner des chapeaux.  

Rita Grenier

Peu de temps après, la famille Grenier part en voyage au Saguenay-Lac-Saint-Jean où elle rencontre un artisan autochtone, René Robertson, propriétaire de la compagnie René Robertson Fourrures. Les Grenier lui proposent alors une collaboration pour la conception de patrons de chapeaux, de mitaines et de pantoufles, qui deviendront leurs premiers produits. Suite à cette collaboration, Fourrures Grenier s’agrandit peu à peu, quitte l’atelier situé dans la cuisine familiale, déménage dans un atelier-boutique adjacent à la maison, à Lamorandière, et embauche des employés. Aujourd’hui, l’atelier de confection est toujours situé en Abitibi, mais à Barraute, et l’entreprise emploie une quarantaine de travailleurs à son atelier ainsi qu’à sa boutique située à Val-d’Or.

Francine et Jeanne Grenier

En 1993, Fourrures Grenier ajoute à son offre des bottes de fourrure, un produit que la population locale lui réclamait sans cesse. En effet, les hivers abitibiens sont très froids et la plupart des habitants chaussent des bottes de fourrure. Plus de 25 ans plus tard, l’entreprise peut se vanter d’avoir su conserver cette précieuse proximité avec sa clientèle, puisque les consommateurs lui fournissent une rétroaction continuelle, ce qui lui permet de créer des produits qui répondent vraiment à leurs besoins et d’améliorer sans cesse ses créations. C’est d’ailleurs à la demande de sa clientèle que Fourrures Grenier a commencé à offrir des accessoires mode tels que des pompons de fourrure, des porte-clés et des cache-cous.

Selon Jeanne Grenier, Fourrures Grenier se distingue par la qualité de ses produits. Sachant que certains clients possèdent encore leur premier modèle de bottes, qui date d’il y a vingt-sept ans, on ne peut que la croire sur parole ! Ces bottes sont si durables qu’elles sont parfois transmises d’un enfant à l’autre, au sein d’une même famille. Après avoir été trappées principalement en Abitibi, par des trappeurs Cris et Algonquins, et méticuleusement sélectionnées, elles sont tannées à Winnipeg, chez International Fur, l’une des meilleures tanneries du Canada.

En 2016, les Grenier ont participé au B2B Montréal/Abitibi-Témiscamingue organisé par la Maison des régions, ce qui leur a permis de rencontrer des fournisseurs potentiels et d’autres propriétaires d’entreprises. Ce réseautage leur a donné l’occasion d’échanger sur leurs processus créatifs et de visiter notamment la manufacture de la compagnie montréalaise m0851, une visite que Jeanne Grenier a trouvé très enrichissante et instructive.

Pour l’entreprise, l’échange d’expertise est au cœur de ses valeurs. Elle collabore présentement avec Saute Mouton,une compagnie de Québec, qui fabrique les bottes de ville Fourrures Grenier, et coopère également avec l’entreprise abitibienne Frivole, pour la création de bijoux à partir de retailles de fourrure.

Présentement, Fourrures Grenier distribue ses créations à travers le Canada et travaille activement au développement de son entreprise. Les Montréalais représentant une grande part de sa clientèle en ligne, la compagnie souhaite trouver des distributeurs dans la métropole. Jeanne Grenier rêve également de fabriquer des produits pour certains grands détaillants montréalais, tels que Kanuk et Rudsak. Pour le moment,  à moins de se rendre en Abitibi-Témiscamingue, les Montréalais peuvent se procurer les créations de Fourrures Grenier en ligne et à la boutique Signé Local située sur la rive sud de Montréal.

Dans un avenir rapproché, la compagnie souhaite agrandir sa manufacture abitibienne et ajouter à son catalogue des gants et des portefeuilles. L’entreprise désire aussi créer davantage de produits à base de fourrure recyclée, non seulement pour répondre aux besoins de certains acheteurs qui préfèrent le seconde-main, mais également par souci sincère d’écologie. Pour ce faire, les clients peuvent apporter leurs manteaux de fourrure à la boutique et les échanger contre une carte-cadeau.

Bien que Fourrures Grenier existe depuis une cinquantaine d’années, l’entreprise ne cesse de se développer et d’innover, et les projets ne manquent pas pour les années à venir. Sans l’ombre d’un doute, Robert et Rita Grenier doivent être très fiers leurs trois enfants, Jeanne, Francine et Claude, qui ont su assurer la pérennité et l’expansion de l’entreprise familiale.

 

Visitez le site web de Fourrures Grenier

Suivez Fourrures Grenier sur Facebook et Instagram

 

Par Catherine Théroux