Source

"/>

Faites partie de la Maison des Régions.

La Maison des Régions vous donne accès à des opportunités d'affaires et des contacts prévilégiés et adaptés à vos réels besoins d'affaires. Inscrivez-vous maintenant pour en profiter.

Vous recevrez un courriel sous peu contenant un lien pour confirmer votre adresse courriel. Vous serez également invité à compléter votre profil d'entreprise : ces informations supplémentaires aideront nos conseillers à mieux cerner vos besoins afin de vous proposer de meilleurs maillages. Vous pouvez également remplir ces informations immédiatement en cliquant sur le lien ci-dessous.

Inscrire mon entreprise à la Maison des Régions

Extension:
Annuler

Choco-Mango : quand l’Amérique centrale se marie avec le Québec

Olga Coronado arrive du Guatemala en 1985 avec, dans ses valises, l’amour du travail bien fait, la rigueur, et l’envie de créer et de partager transmis par son père. Un héritage qui l’accompagnera tout au long de son développement en sol québécois.

Installéà Montréal à son arrivée, MmCoronado devient couturière de haute couture, métier qu’elle exercera tout au long de ses 12 années dans la métropole. En 1997, elle déménage à Val-d’Or avec son mari et ses trois enfants, et y ouvre en 2001 un petit bistro dans un centre commercial, où elle propose chocolats et pâtisseries, le premier du genre dans la régionElle le nomme Choco-Mango.  

Au tout début de l’aventure, les chocolats proposés dans la boutique-bistro proviennent de Montréal, et c’est sa clientèle qui la pousse à se lancer dans la production de ses propres chocolats. « Mes clients me demandaient toujours pourquoi je vendais des chocolats de Montréal alors que nous avions un chocolatier ici, en région ». En réalitéle chocolatier en question, seul fournisseur aux alentours, habite à 250 km de Val-d’Or, ce qui laisse peu de place à la variété.

Crédit photo : Radio-Canada

Poussée par ses clients et par l’envie de développer sa propre ligne de chocolatsOlga décide de s’initier à la chocolaterie au Centre de l’Académie du chocolat de Cacao Barry (fabricant de chocolat renommé mondialement), situé à l’époque à Saint-Hyacinthe. « J’ai trouvé les cours extrêmement difficiles, mais je ne voulais pas abandonner. J’ai donc pris un deuxième cours, et je suis vraiment tombée en amour avec le chocolat! » 

Notre chocolatière en herbe se lance et, malgré son inexpérience, propose ses premiers chocolats à une clientèle rapidement séduite, dont les encouragements récurrents lui insufflent l’énergie nécessaire pour continuer. La passion ne la quittera plus. 

Pour parfaire son éducation, Olga accumule les formations et les cours de perfectionnement à distance, toujours chez Cacao Barry. Les bonbons, les tablettes, les moulages et pièces montées, les ganaches, la technologie du chocolat, tout y passe. Pendant 5 ans, Olga enrichit son savoir-faire, et apprend. Jamais rassasiée, elle suit même des cours à la French Pastry School de Chicago, institut de formation continue destinée aux professionnels.  

Crédit photo : Choco-Mango

Notre entrepreneure chevronnée est sur tous les fronts : tout en poursuivant son apprentissage, elle tient son bistro, développe ses créations, teste de nouvelles saveursmet en pratique ses nouvelles compétences, se fait connaître, et repousse constamment ses limitesC’est pourquoi, à partir de 2006, elle s’entoure d’employés aussi passionnés que motivés. Non seulement elle les forme, mais elle leur offre également des cours à l’académie. Tout ce savoir partagé contribue à améliorer la qualité de ses produits et à affiner toujours plus ses saveurs.  

En 2009, cette innovatrice hors pair s’associe avec un sommelier de sa région et développe une collection de sept barres fines dont les saveurs sont étudiés pour se marier parfaitement avec les vins blancs, rouges moyens et corsés, les portos, les liqueurs fines et des vins vieillis au gout de caramelÀ partir de cette expérience, Olga voit les demandes spéciales se multiplier. Véritable créatrice de saveurs sur mesure, elle travaillera d’ailleurs à quelques reprises en étroite collaboration avec Jessica Harnois, sommelière reconnue de Montréal. 

Crédit photo : Choco-Mango

La surface de production de Choco-Mango ne suffisant plus2011 est l’année du changement de local : la boutique sort du centre commercial et a maintenant pignon sur rue. Pour orchestrer le tout, deux équipes sont à pied d’œuvre. Ainsi, 5 personnes sont attitrées à la transformation du chocolat, tandis que 3 personnes demeurent en boutique. Et la famille n’est pas en reste! D’ailleurs, la cave à vins de Monsieur fournira à plusieurs reprises quelques bouteilles pour les recherches de son épouse… 

 En parallèle, Olga développe ses connaissances en pâtisserie car, même si les deux mondes sont bien distincts, ils se mêlent avec aisance pour des mariages gustatifs réussis. Après des stages de formation intensifs à Chicago, où enseignent plusieurs grands chefs pâtissiers français, Mme Coronado gagne son titre de pâtissière, multiplie son offre, et propose dès 2011 des gâteaux réalisés bien évidemment sur place. Une nouvelle corde à un arc déjà très fourni. 

Au fur et à mesure du temps qui file, les produits de la plus québécoise de nos Guatémaltèques voyagent et sont distribués en Abitibi, à Rouyn-Noranda, à Amos, à Chateauguay, et à Mont-Laurier chez des fleuristes, dans des boutiquescadeaux ou des boutiques gourmandes. Ses créations sont également offertes en guise de cadeaux corporatifs par de multiples entreprises, et se retrouvent même chez un traiteur boulanger à Toronto. 

Crédit photo : Choco-Mango

Pour se faire connaître, MmCoronado ne néglige pas les salons spécialisés comme le Salon du Cadeau de Toronto, rendez-vous annuel incontournablela Grande Dégustation de Montréal, et le Salon des vins de Val-d’OrLe boucheàoreille, quant à lui, ne dérougit pas et contribue à lui bâtir une réputation amplement méritée. 

On pourrait s’attendre à ce que, tôt ou tard, MmCoronado pense à ralentir le rythme, histoire de profiter différemment de la vie. Que nenni! Olga a toujours un projet en tête. À la fin 2018, elle a collaboré avec Cacao Barry pour pousser plus loin l’expérience-client, et créé son propre chocolat à 70.3 % de cacao, répondant au joli nom de Ketzal, inspiré de l’oiseau emblématique du Guatemala, le quetzal. Ce nouveau chocolat est décliné en ganaches et en bonbons, et se retrouve bien évidemment dans ses pâtisseries. Actuellement, elle travaille sur ses recettes en vue de nouveaux accords vins-chocolat 

Quand on lui parle d’avenir, Olga n’a aucune peine à se projeter : « Dans 5 ans, j’aimerais voir mes différentes collections de tablettes pour les vins distribuées dans tout le Canada et aux États-Unis. Nous avons déjà fait quelques tests de dégustation à San Francisco. Nous avons aussi rencontré des producteurs de vins du Chili, de l’Argentine et du Mexique à l’occasion de foires commerciales pour nous faire connaître. J’espère développer de nouvelles collaborations ».  

Crédit photo : Choco-Mango

 Aujourd’hui, Choco-Mango est un bistro dont 90 % des produits sont créés et produits sur place. Olga Coronado continue de puiser son inspiration dans la nouveauté, mais son véritable moteur est l’amour du partage : « J’aime avoir un défi différent à chaque fois, et j’aime offrir une variété constamment renouvelée à mes clients », susurre-t-elle avec cet accent délicieux qui la caractérise. 

Cette battante hors-normes n’a jamais eu peur de relever ses manches. Son immigration, l’apprentissage du français, et ses nombreuses formations n’ont jamais eu raison de sa motivation et de son courage. Mariée depuis 38 ans au père de ses enfants, c’est sur un ton malicieux qu’Olga souligne pourtant adorer le changement : « J’ai fait tous les métiers, j’ai changé plusieurs fois les meubles de place dans notre maison, mais j’ai gardé le même mari! » 

Avec ce tempérament et cette force de caractère, gageons que la fondatrice de Choco-Mango nous réserve encore de belles surprises gustatives à partager dans l’avenir.  

 

Visitez le site web de Choco-Mango 

Suivez Choco-Mango sur Facebook  

 

 

Par Sophie Simonnet