Faites partie de la Maison des Régions.

La Maison des Régions vous donne accès à des opportunités d'affaires et des contacts prévilégiés et adaptés à vos réels besoins d'affaires. Inscrivez-vous maintenant pour en profiter.

Vous recevrez un courriel sous peu contenant un lien pour confirmer votre adresse courriel. Vous serez également invité à compléter votre profil d'entreprise : ces informations supplémentaires aideront nos conseillers à mieux cerner vos besoins afin de vous proposer de meilleurs maillages. Vous pouvez également remplir ces informations immédiatement en cliquant sur le lien ci-dessous.

Inscrire mon entreprise à la Maison des Régions

Extension:
Annuler

Arrivage : une nouvelle façon de penser le réseau de distribution au Québec | Chap. 1 de 2

Revoir le réseau de la ferme à l’assiette en plaçant des individus soucieux de leur environnement aux commandes d’une agriculture raisonnée et artisanale

Quel que soit le pays, les petits agriculteurs et producteurs d’aujourd’hui sont souvent exclus des grands réseaux de distribution, omniprésents et incontournables, quand vient le moment de faire connaître leurs produits et de les acheminer dans l’assiette des consommateurs. En parallèle, des voix se font entendre, dont celle de Thibault Renouf, qui, avec Arrivage, a réussi à mettre en place un nouveau système de fonctionnement pour inverser la vapeur, rompre l’isolement, et multiplier l’offre du marché québécois.

Thibault Renouf, fondateur d’Arrivage | Crédit photo : Jordan Massé

Avant tout, il faut savoir que ce Français d’origine est un militant écologique de longue date. Dès l’âge de 10 ans s’opère en lui une prise de conscience qui ne le quittera jamais plus. C’est à la suite d’un ramassage collectif dans les eaux troublées de la rivière où il allait pêcher que le jeune Thibault saisira l’impact de l’attitude des hommes sur leur environnement.

En poursuivant ses études, il se découvre également une fibre entrepreneuriale qui l’accompagnera tout au long de son apprentissage. Son intérêt pour les causes environnementales l’amène à l’antenne locale de Greenpeace en Normandie, où il prendra en charge le dossier des OGM. Puis, c’est une école de commerce qui l’accueille et lui offre l’opportunité de compléter ses études à l’Université Laval à Québec. Nous sommes en 2012, Thibault Renouf ne repartira pas.

Crédit photo : Arrivage

Son diplôme en poche, la recherche d’emploi s’avère difficile, et il se déniche un poste de cuisinier dans une crêperie de Montréal. « Je me suis donné à fond, mais je ne voulais pas juste faire des crêpes. De mon propre chef, j’ai suggéré aux propriétaires du restaurant des avenues pour maximiser le marketing et optimiser le fonctionnement de l’entreprise. Certaines de mes propositions ont été retenues, d’autres pas, mais c’était surtout un exercice pour moi, une addition à mon CV. »

De 2013 à 2015, il intègre à Montréal une jeune entreprise qui développe une plateforme visant à créer un circuit court entre des chefs et des agriculteurs de la province. Cette initiative est en totale adéquation avec son souci des produits et de l’humain, d’ouvrir le marché au plus grand nombre, et de mettre en avant le développement local et régional. Au bout de deux années, la start-up peine à refinancer son exercice et périclite.

Thibault s’accroche et tente, seul et par tous les moyens, d’aider les producteurs à remplir leur carnet de commandes et à maintenir autant que faire se peut les liens développés grâce à la plateforme mise en place. Il constate toutefois rapidement qu’il ne pourra relever ce défi sur le long terme sans cadre légal, ni équipe, ni fonds. Une situation qui le laisse dépité, mais l’amène à revoir son modèle. Comment donner accès à toute une gamme de produits de qualité sans passer par les canaux traditionnels de la grande distribution? Quel système, simple, fiable et peu dispendieux, permettrait de faire sortir les agriculteurs de leur isolement? Les appels répétés d’anciens participants à la plateforme de circuit court finissent par le convaincre qu’un réel besoin existe. Thibault se met donc à la tâche.

Crédit photo : Arrivage

« Pour commencer, j’ai dressé un tableau très simple pour continuer à lier entre eux les chefs restaurateurs et les agriculteurs. Grâce à cela, on sait quels produits sont disponibles en temps réel, et, en vis-à-vis, les chefs passent leurs commandes selon leurs besoins. » Une fois le lien établi, les participants s’organisent entre eux pour la livraison et la facturation. À aucun moment dans la transaction, la petite entreprise, qui s’appelle alors Chef514, ne touche aux produits. Thibault ne perçoit pas de salaire non plus.

Pour faciliter le processus, il élabore d’abord un petit catalogue qu’il envoie par courriel, puis se tourne plutôt vers une application, créée à partir de son tableau. Une première version de cette application est lancée en 2016. « Le premier enjeu, c’est les agriculteurs. Face au mur que sont les grands distributeurs, ils sont démunis. Mon application leur permet de sortir de l’anonymat. »

En 2017, un système d’abonnement annuel permet de rendre l’entreprise viable. « Au début, nous n’avions pas beaucoup de produits, mais la variation de l’offre et l’accessibilité de l’abonnement ont permis de recruter plus de chefs qui ont supporté la cause de Chef514 et endossé ses valeurs. » Petit à petit, l’initiative croît.

Vient ensuite la création d’un mini site web qui permet à Thibault Renouf d’aborder les grands enjeux qui motivent sa démarche, soit la création de ponts entre les producteurs et les acheteurs pour les sortir de l’isolement, ainsi que la réduction des coûts. Dans la foulée, cet outil devient une tribune pour soulever également des problématiques telles que les déserts alimentaires, le manque de diversité des produits et la disparition des anciennes graines et semences. Concrètement, Thibault communique un message de plaisir et de qualité des produits en proposant un nouveau circuit d’approvisionnement, le plus direct possible.

Crédit photo : Arrivage

Au fur et à mesure, le modèle se raffine et la clientèle se diversifie comme par un effet de contagion. Les chefs ne sont plus les seuls à être intéressés. « Les cibles ont évolué avec le temps, le bouche-à-oreille a bien fonctionné. Chaque participant devient membre acheteur ou membre vendeur, et le système d’abonnement annuel est fort apprécié : nous comptons aujourd’hui plus de 60 restaurateurs, traiteurs, cafés, chaînes de restaurants, et épiceries qui sont tous devenus membres, et qui bénéficient d’une solution sur mesure. Les débouchées en épiceries connaissent d’ailleurs une très grande croissance actuellement. »

Bien sûr, Thibault Renouf n’a pas fait tout cela tout seul, puisqu’au printemps 2018, Arrivage, qui s’appelait toujours Chef514 à l’époque, compte un second associé et cofondateur, Félix-Étienne Trépanier. Thibault souligne également la précieuse contribution de tous les stagiaires qui ont travaillé à ses côtés, surnommés affectueusement « ses perles ». Présents durant 6 mois en moyenne, ceux-ci l’ont grandement aidé à remporter ce pari fou.

David contre Goliath? Peut-être, mais ça marche!

Demeurez à l’affût pour le chapitre 2 d’Arrivage, où nous dévoilerons les raisons derrière le changement d’identité de la plateforme, ainsi que ses projets actuels.

 

Visitez le site web d’Arrivage

Suivez Arrivage sur Facebook, Instagram et LinkedIn